Recommandations

Les recommandations de la Porte Ouverte se basent sur les expériences de nos familles  et la volonté d’aider l’enfant accueilli dans son parcours de vie en créant un attachement sécure dans un environnement stable. Les demandes visent à continuer à construire un système d’accueil familial qualitatif en collaboration avec les professionnels. Le système institutionnel belge étant complexe nous souhaitons également une simplification des procédures de l’accueil.

Le décret de l’aide à la jeunesse ne couvre pas l’entièreté de la Fédération Wallonie Bruxelles ce qui complexifie nos échanges nos conseils, nos procédures de recours.

Nous souhaitons vivement que toutes les 3 communautés soient respectées dans leurs spécificités et que l’on puisse trouver une solution pour mettre en valeur la co-parentalité et la solidarité de nos familles dans un consensus au niveau fédéral qui gère l’autorité parentale et ce dans le bien de l’enfant accueilli et de nos vies de familles.

COMMUNAUTAIRE (à définir dans un décret relatif à l’accueil familial)

  • Encadrement par un service de placement pour toutes les familles d’accueil afin qu’aucune famille ne soit discriminée comme c’est le cas à l’heure actuelle (familles élargies ou familles d’accueil de Mineurs étrangers non accompagnés)
  • Formation standardisée  pour devenir candidat parent d’accueil,
  • Assurer une représentation participative des acteurs de l’accueil (parents, parents d’accueil et jeunes) au travers d’une organisation partenaire ou au sein d’un conseil de l’aide à la jeunesse (les familles d’accueil ne sont à l’heure actuelle représentées de manière participative au sein d’aucun organisme officiel émanant de l’Aide à la Jeunesse en FWB) Participation directe (non représentée par des professionnels et  centralisée (afin de pouvoir aider à la standardisation, la comparaison et l’échange).  Participation aux décisions qui impactent nos vies (élaborations de législations, formations, vademecum, les missions du service de placement, les procédures de recours, le remboursement des frais spéciaux , code éthique, documents officiels, campagnes,…)
  • Réflexion sur la mise en valeur de l’accueil avec les familles d’accueil mais également aux approches intersectorielles (secteur santé, petite enfance, enseignement, handicap, égalité des chances, …) ne pas oublier les familles d’accueil dans les réflexions interministérielles. Ex.: insister sur les projets de déradicalisation qui permettent de soutenir également les enfants placés en famille d’accueil.
  • Elaboration de statistiques claires comparables sur la durée concernant les placements d’enfants en Fédération Wallonie –Bruxelles afin de pouvoir mieux organiser les politiques de l’accueil sur base des expériences du terrain, connaître les parcours des enfants, promouvoir la prévention et la stabilité/ continuité.
  • Clarifier les perspectives de placement par la définition de modules types basé sur un projet de vie pour l’enfant : distinction entre les différentes formes d’accueil (urgence, parrainage, court, moyen, long terme), créer une continuité et un fil rouge entre les différents types et mieux intégrer  le parrainage
  • Soutenir les projets qui mettent en avant la vie en famille plutôt que le placement institutionnel.
  • Soutenir les projets scolaires inclusifs, la non –discrimination scolaire des enfants placés.
  • Soutenir  la vie en communauté et la mise en réseau.
  • Promouvoir les recherches académiques autour de l’attachement  de l’enfant et son bien-être.
  • Organiser  la continuation de l’aide en famille d’accueil après les 18 ans de l’enfant,
  • Promouvoir l’interaction et les échanges entre parents d’accueil et soutenir leurs initiatives en tant que membres de la société civile.
  • Eviter aux enfants d’accueil  d’être pénalisés par rapport aux enfants placés en milieu institutionnel  (suivi juridique, visites avocats, professionnel, autorisations de départs etc)

FEDERAL

-Statut

Un cadre juridique qui permettrait aux familles d’accueil de gagner du temps dans les décisions de vie courante et de ne pas multiplier les démarches administratives.

  1. En précisant la définition des parents d’accueil. Les  familles d’accueil ne sont pas uniquement un simple ‘point’ dans la liste des différents placements possibles.
  2. En fixant la résidence du mineur chez les parents d’accueil
  3. En définissant les compétences des parents d’accueil afin qu’ils puissent gérer le quotidien sans délais
  4. En garantissant que le parent d’accueil soit,  lui aussi,  entendu par les autorités compétentes (policières, administratives, judiciaires, scolaires, etc.)
  5. En laissant la possibilité de contact entre l’enfant et sa famille d’accueil après la période d’accueil si l’enfant le souhaite.

-Congé parental

Ce n’est pas un congé d’accueil spécifique mais bien le congé parental de 4 mois en équivalent temps plein prévu pour tout père et mère d’un enfant biologique ou adopté jusqu’à ses 12 ans.
Les parents d’accueil à moyen terme demandent à y avoir accès pour se rendre  plus disponibles envers l’enfant accueilli en fonction de ses besoins.

Publicités